Comment faire le deuil d’une relation amoureuse ?

C’était une relation remplie d’amour qui a fini par se déchirer. Ce n’est pas évident d’accueillir tous les mécanismes de protection activés depuis des années pour faire face aux situations difficiles. Un tas de questions surgissent et notre vie change du jour au lendemain. Que se passe-t-il en nous lorsque l’on est face au deuil d’une relation amoureuse ? Peut-on mettre des années à s’en remettre ? En quoi est-ce important de se reconstruire ? Comment peut-on faire le deuil de son ex ?

Le deuil de la représentation de soi-même

« On fait le deuil de la représentation de soi avec l’autre »

Christophe Faure

Cette phrase est, selon moi, très révélatrice de ce qui se passe en nous lors du deuil d’une relation amoureuse ! D’après le psychiatre Christophe Faure, on peut toujours aimer son ex mais on ne s’imagine plus avec cette personne.

J’entends par là que, tout ce qui se passe dans notre vie fait écho à quelque chose en nous-même. On se tiraille quelquefois à récupérer une relation en se disant que l’autre est « tout ce qu’on a ». En réalité, on s’oublie. On oublie que c’est le deuil d’une part de nous-même. La vision que l’on a de soi, de l’avenir, de comment l’on se projette dans notre vie amoureuse. Nous sommes pris par les émotions qui nous « empêchent » de voir la situation avec du recul.

Les étapes du deuil d’une relation amoureuse

Les étapes citées dans les livres ou sur internet varient fortement, tout comme celle du deuil d’une personne décédée. Vous retrouverez celles-ci dans mon article « Le deuil expliqué en 4 étapes ». Je suis de nature à chercher la simplicité ce que j’espère vous transmettre par mes articles.

Christophe Faure avance dans son ouvrage « Le couple brisé » que les étapes ne sont pas exactement les mêmes que le deuil d’une personne décédée et qu’elles varient en fonction de la raison de la rupture.

Je le rejoins bien évidemment sur ses dires et, en même temps, je dirais que je retrouve des similitudes évidentes.

amoureuse

1) L’annonce de la rupture

Cette étape est associée au choc de l’annonce et au déni. C’est le fait que l’on ne veut pas y croire ! Les émotions restent figées dans le corps afin de ne pas y faire face.

2) La reconquête

Cette étape est similaire à la phase de recherche où la personne « cherche le disparu ». C’est comme un marchandage. L’émotion présente à ce moment-là est la colère.  

3) La prise de conscience

La prise de conscience est le moment où la personne endeuillée est triste. C’est un état dépressif en perte de sens. C’est l’on pourrait dire l’étape la plus difficile du deuil. Les larmes déchargent l’émotion de tristesse, c’est un moment de repli sur soi.

4) La reconstruction

Cette phase est la période du rétablissement et de l’acceptation de la situation. La personne endeuillée reprend goût à la vie, met en place des actions et des projets. C’est une meilleure adaptabilité de la réalité.

Le risque de la dépendance affective

Alexandre Cormont, coach spécialisé dans les relations amoureuses, explique que les « relations pansements » arrivent lors de la dernière phase de reconstruction. Lorsque la personne se reconstruit « pour ou avec » quelqu’un d’autre sans avoir pris le temps de s’adapter à la réalité. C’est une phase symbolique afin que la personne endeuillée prenne du temps pour elle et se reconstruise.

De nombreuses personnes se demandent si c’est ok de se remettre en relation avec son ex ? C’est important de faire la différence entre l’amour et la nostalgie. C’est tout à fait possible de retomber amoureux et de recommencer une relation lorsque les deux personnes ont évolué chacun de leur côté et se sont reconstruit. Si les émotions sont toujours présentes, il y a de forte chance que le couple subisse une nouvelle rupture !

Le risque d’aller trop vite pour oublier son ex et d’utiliser une relation pansement provoque de la dépendance affective et une déprime sentimentale. Celle-ci n’est très souvent pas consciente et peut parfois mener à rentrer dans jeux psychologies (lorsque l’on prend la place victime – bourreau – sauveur).

L’exploration de soi dans le deuil d’une relation amoureuse

D’après Alexandre Cormont, il est bénéfique de prendre le temps de se poser des questions lors du deuil d’une relation amoureuse. Le but est de prendre conscience de ce qui ne nous convient pas dans la relation et d’apprendre un peu plus à se connaître afin de ne pas tomber dans des relations toxiques.

Attention ; les étapes du deuil sont transmises comme information. Chaque deuil est unique. Il n’y a pas d’étude scientifique sur les étapes du deuil d’une relation amoureuse. Il se peut que l'on vive les étapes dans un autre ordre, plus ou moins vite ou encore de ne pas en vivre certaines ou d’en vivre d’autres !

Le partenaire, un moyen de satisfaire des besoins universels

D’après la CNV, nous avons tous des besoins universels. Il existe un nombre infini de moyens pour arriver à les satisfaire.
Dans le cadre du deuil d’une relation amoureuse, nous pourrions dire que nous n’avons pas « absolument besoin » d’une personne en particulier.
Les questions intéressantes à se poser sont : qu’est-ce que ma relation me permet/ m’a permis de vivre ? Quels besoins sont/étaient satisfaits dans ma relation ? Quels besoins ne sont/n’étaient pas satisfaits ?

N’oublions pas que les besoins universels comme l’amour, la vitalité, la sécurité, l’accomplissement, la protection, la reproduction, l’appartenance, être en relation, sont tous intouchables car ce sont des ressentis.  

Prendre du temps pour soi lors du deuil d’une relation amoureuse

Prendre un moment pour soi, pour s’introspecter, accueillir la tristesse, voir ce qu’elle vient nous dire, prendre conscience de ses besoins non satisfaits, sont des moyens pour vivre le deuil.
Il est possible de se faire accompagner en thérapie ou en coaching si vous vous sentez perdu durant cette phase de vie.

Je vous invite à partager cet article si celui-ci vous parle et le transmettre aux personnes qui vivent un deuil d’une relation amoureuse !

Photo : Snapwire, Rodnae Productions

Source : Christophe Faure, Alexandre Cormont

Commentaires

  1. Bastienne

    Je souhaiterais compléter l’avant dernier paragraphe en disant que finalement, un partenaire est une stratégie pour nourrir plein de besoins et donc que l’on n’a pas “besoin” de telle personne; C’est un peu trash dit comme ça, comme si l’autre n’était qu’une “chose” mais ce n’est pas ça que je veux dire. En vrai, c’est une manière de ne pas maintenir la dépendance. J’ai eu à vivre une relation hyper forte où j’ai dû me dire ça pour m’en détacher…ce n’a pas été aussi simple (relation karmique, amour passionnel) mais ça m’a aidé pour me recentrer sur moi, mes besoins et sur comment je pouvais les nourrir autrement.

  2. Cyril

    La rupture est difficile, mais c’est aussi l’occasion de faire le point sur sa vie et de modifier sa trajectoire.

    Pour moi ça a été l’occasion d’un renouveau qui a fait de moi une personne épanouie.

  3. Aurore

    Merci pour cet article qui peut apporter un très bon soutien lors d’une rupture. Ces événements ne sont jamais faciles à gérer mais ils font partie de tous parcours de vie.

Ajouter un commentaire