3 clés pour croire en son projet

Vous avez imaginé un projet et vous aimeriez vous y projeter ? Qu’il soit professionnel ou personnel, le principe est le même. Vous pouvez sentir un appel du cœur et vous vous demandez comment croire en son projet et l’atteindre ?

L’essentiel est de s’assurer de la motivation intrinsèque que vous avez pour ce fameux projet. Avant même de regarder les clés que je propose, il est important que ce projet corresponde à votre cœur. Il peut être défini comme un objectif SMARTE ou décortiqué en plusieurs objectifs (si celui-ci est grand).

Une fois que le projet est clair, mesurable, atteignable, réaliste, temporalisé et écologique, vous pouvez vous pencher sur les 3 clés.

1) “Faire comme si c’est déjà là”

Gardez en tête que la pensée est créatrice. Si vous y croyez avec la tête ou les tripes, ce n’est pas la même chose ! L’impact sera plus rapide et plus intense si vous savez que ce projet est déjà présent. Il est déjà là, en pleine évolution. Tout se prépare dans l’invisible même si bien entendu vous allez mettre des actions en place pour atteindre votre objectif.

« Faire comme si c’est déjà là » fait partie de la visualisation. C’est utiliser ses 5 sens pour observer le projet. Un petit peu comme si l’on observe l’avenir. À savoir que le temps a été inventé par l’homme pour se retrouver dans l’espace. Cependant, il n’y a ni passé ni futur. Tout est ici et maintenant.

2) Laisser de l’espace à l’inconnu pour croire en son projet

Croire en son projet c’est aussi une vibration émise. Cette lumière non visible qui nous fait rayonner. Êtes-vous convaincu à 100 % de votre projet ? Quelle confiance avez-vous pour celui-ci ? Est-ce que celui-ci vous convient ou devez-vous l’ajuster ?

Pouvez-vous laisser de l’espace à l’inconnu ? L’inconnu ce sont toutes les surprises de la vie confortables ou inconfortables. En acceptant de laisser un espace à l’inconnu, vous acceptez de faire confiance en la vie et ce qu’elle vous apporte. C’est un continuel apprentissage de qui vous êtes !

Nous sommes nombreux à être cartésien et à vouloir croire en ce que nous voyons. Cela demande un grand travail sur soi de pouvoir lâcher prise et accepter que la vie soit insécure. Une fois que l’on essaye de lâcher prise, on y prend goût ! Ce n’est pas une chose facile à faire. La vie n’est d’ailleurs pas toujours facile ! Cependant, cela nous permet de nous détendre et de lâcher le contrôle.

Laisser de l’espace, c’est aussi prendre soin du reste de sa vie. La détente augmente l’efficacité et se focaliser seulement sur le projet empêche une certaine fluidité dans le reste de sa vie. Faites attention à vous, à vos activités passionnantes, à vos amis et votre famille, à ce qui vous fait du bien et ce qui vous apporte aussi du plaisir.

3) Se mettre dans un environnement correspondant à ses valeurs pour croire en son projet

Nous pouvons changer notre vision du monde et en même temps, celle-ci à ses limites pour vivre plus sereinement. Nous pouvons être n’importe où et nous connecter à tous les besoins que nous voulons. En revanche, si nous ne sommes pas dans un environnement qui nous correspond, nous ressentons continuellement une pression qui se manifeste de différentes manières.

Rappelez-vous de vos motivations préalables au projet. Pourquoi le mettez-vous en place ? Que voulez-vous apporter au monde ? Êtes-vous dans un environnement qui vous correspond et qui facilite la mise en place du projet ?

Une fois votre état d’esprit plus éclairé, vous pouvez mettre en place une organisation pratique. Ce sont les petits objectifs qui vous mènent à votre intention finale. Une certaine rigueur est importante ainsi que de continuer à faire évoluer le projet (qui n’est pas figé) !

Ensuite, continuez à vous concentrer sur vos talents et accueillez vos blocages.

Autorisez-vous à croire en vos rêves et à rêver de vos rêves ! Qu’importe si vous y arrivez ou non.

Photo : Andrea Piacquadio

Commentaires

  1. Amandine

    J’ai souvent tendance à ne pas laisser la place pour le deuxième point. Merci pour ce rappel.

    Un autre truc que j’utilise assez fréquemment, c’est de retrouver dans mon passé des éléments similaires (même dans des domaines différents) où j’y suis déjà arrivée. Le fait de savoir que j’ai déjà réussi quelque chose de similaire m’aide à me dire que je le peux encore 🙂

  2. David J

    L’incertitude est le plus grand frein au projet, c’est bien dommage puisqu’elle a toujours été présente. Merci pour cet article très concis 🙂

  3. Rozalski Nicolas apprenti-randonneur.com

    Cool cet article ! 🙂
    Faire come si c’étit déjà là c'”est limite un principe de vie pour moi lol mais laisser place à l’inconnue beaucoup moins :s

    1. Valériane Theys

      Yes c’est un bon exercice pour tout le monde, moi la première 😀

  4. GOUJON Caroline

    Merci pour ce bel article ! J’ai beaucoup aimé la partie sur “laisser de l’espace à l’inconnu” 🙏 et le fait de laisser de l’espace tout simplement. Très important pour un bon équilibre de vie. Je viens tout juste de créer mon entreprise, un projet pro qui me tiens énormément à coeur. Comme il s’agit d’un métier passion, pas toujours évident de lâcher-prise mais j’essaie de me laisser des moments de détente. La lecture de cet article est très positive pour moi 😊!

  5. Saad

    Très bon article ! Merci pour le partage des clés pour réussir et croire à son projet. Je garde la 3ème clé comme élément qui m’a marqué dans ton article. En effet gérer son environnement est un élément essentiel ! Merci

    1. Valériane Theys

      Merci ! Effectivement, encore il y a peu, je ne me rendais pas compte de l’impact que l’environnement a sur moi. C’est pourquoi je trouve cela important de le souligner !🙂

  6. Christophe

    Hello, j’adore l’article et surtout la notion de laisser place à l’inconnu. Cela m’a fait réfléchir, et je m’aperçois qu’il faut que je pratique cette technique à la place de rester la tête dans le guidon et vouloir tout contrôler pour que ce soit parfait.
    Merci.
    Christophe

    1. Valériane Theys

      Merci Christophe, je dirais c’est “normal” ! Je suis aussi souvent la tête dans le guidon et j’essaye moi-même de me le rappeler régulièrement 🙂

  7. Nicolas

    Très bons ces conseils et personnellement j’aime m’aider d’un Mentor, d’une personne inspirante en laquelle je crois (ce qui peut être considéré comme faisant partie de l’environnement favorable).

    1. Valériane Theys

      Yes merci et d’un point de vue intelligence collective aussi il y a pas mal de soutien !

  8. Claire

    J’adore l’idée de faire de la place à l’inconnu. Ce n’est pas toujours facile de lâcher prise et d’accepter qu’on ne maîtrise… pas grand chose ! Mais c’est aussi ça qui fait le sel de la vie : écouter ses intuitions, kiffer, avancer et de temps en temps se ramasser…
    Tant qu’on a foi dans son projet, on ne risque rien. Car on continuera jusqu’à y arriver (ou changer d’objectif !) !

Ajouter un commentaire