Comment sortir du jeu de pouvoir collectif ?

Le jeu de pouvoir aussi appelé jeu dramatique, jeu psychologique, triangle de Karpman ou triangle dramatique. Toutes ces appellations pour parler d’un jeu de rôles entre des personnes qui amènent à développer un comportement inadapté aux situations vécues. Sortir du jeu de pouvoir collectif permet de reprendre le sentiment de pouvoir sur sa vie. Comment y arriver ?

Le triangle de Karpman

Le jeu de pouvoir comprend trois rôles : la position de victime, de bourreau et de sauveur

Le triangle de Karpman est bien connu cependant, je rappelle que la victime subit les persécutions du bourreau qui veut prendre le pouvoir et le sauveur qui est comme le super héros qui vient sauver le jeu. Cela ne vous fait-il pas penser à quelques contes de fées ?

En effet, ce jeu se déroule très fréquemment dans les relations amoureuses lorsque nous avons peu d’estime de nous-même et que nous sommes imprégnés d’un schéma culturel contenant des croyances limitantes. Nous avons tendance à prendre un rôle prédominant même si nous pouvons changer de rôle de manière très rapide et mystérieuse.

Ce jeu est tout de même complexe jusqu’au jour où en prend conscience. J’attire votre attention sur le fait que ce jeu se déroule également dans toutes les autres relations ; amicales, familiales, au bureau…. Mais pas que ! Ce sont les relations 1 :1. Et cela se passe également à plus grande échelle : en collectif.

Dès lors que nous comprenons comment fonctionne le jeu de pouvoir, nous pouvons plus facilement le détecter dans nos relations. Il est donc possible de sortir du jeu et d’oser être pleinement soi-même 😊

Les jeux de pouvoir individuels et collectifs

Selon moi, il est important dans un premier temps de comprendre le mécanisme dans ses propres relations pour ensuite se diriger vers une prise de conscience sur le mécanisme des jeux de pouvoir collectifs.

Le jeu de pouvoir collectif fonctionne de la même manière que l’individuel. Par exemple : un état (bourreau) prend une décision qui oppresse un grand nombre de citoyens qui se positionnent en victimes et qui vont être aidées par des sauveurs. Les sauveurs dans ce cas peuvent être des institutions, d’autres citoyens, etc.

Ce système peut paraître complexe. Je dirais jusqu’au jour où nous prenons du recul, que nous sortons du jeu et que nous devenons créatifs ! Bien évidemment, les enjeux sont plus importants à plus grande échelle.

Prendre conscience de l’enjeu est révélateur, important et demande un travail sur soi-même !

Les choix conscients

La notion de choix conscients est à prendre en compte également. Toute notre vie nous faisons constamment des choix. Ceux-ci ne sont pas toujours conscients. Le processus de la Communication Non Violente nous amène à intégrer ce principe : quels sont les besoins satisfaits et non satisfaits quand je suis face à un choix ?

Comme dans les jeux vidéo, chaque choix vous mènera à un résultat différent. Cela fait référence également à la physique quantique que je trouve passionnante. Tous les choix que nous faisons se font en fonction de notre vécu et de la confiance que nous avons en la vie et en le monde. 

En stagnant dans un état de peur, nous restons dans une projection du futur. Il est donc difficile de sortir du jeu de pouvoir car le rôle est réconfortant !

La peur est l’émotion racine de toutes les émotions et les sentiments. Et devinez quoi, son contraste est l’amour ! 

C’est pourquoi j’adore apporter de l’espace à l’amour. Ce qui me fait sourire et m’ouvre au monde !

faire un choix conscient pour se sentir plus serein
Faire un choix conscient pour se sentir plus serein

Passer de la peur à l’amour pour sortir du jeu de pouvoir collectif

Imaginez que vous n’êtes plus dans la peur. Que vous êtes accueilli par le monde tel que vous êtes réellement.

Imaginez que vous avez le pouvoir sur votre vie.

Et vous avez confiance… Tout ce qui se passe à un sens, même les moments les plus douloureux, même les moments proches de la mort.

La confiance est reliée à la foi. La foi en la vie appelle à la confiance en la vie. C’est aussi accepter que nous naissions et nous mourrons. Nous ne sommes pas immortels. 

Ce que j’ai envie de vous partager c’est qu’au plus vous êtes ouvert à vous-même, que vous sortez des jeux de pouvoir, que vous êtes présent, alors, vous découvrirez de nombreuses solutions à vos problèmes. La créativité devient abondante et vous n’êtes plus concentré sur les problèmes. Vous êtes tourné vers l’amour et la confiance.

Exemple sur base de la thématique vaccinale

Certaines personnes m’ont inspirée telles que le Dr John Demartini dont j’ai écrit un résumé d’une de ses interviews avec la télé de Lilou Macé.

L’invitation est de revenir à l’instant présent. D’accueillir nos émotions, qui nous sommes. Et de faire un choix en conscience. 

J’ai envie de donner de l’espoir aux nombreuses personnes que je connais qui se sont senties mal et obligés de se faire vacciner. Se sentir obligé n’est donc pas considéré comme un choix conscient.

Le choix conscient c’est de sentir les énergies des besoins que vous choisissez de vous faire vacciner ou non. Il n’y a pas de bien ou de mal. C’est un choix que vous faites pour vous tout en prenant conscience de ce qui se passe en vous. On pense souvent que le choix est A ou B. Alors qu’il y a de nombreuses autres possibilités.

Faire un choix veut dire qu’il y a des conséquences. Elles peuvent être plus ou moins importantes en fonction de la situation.

Ce qui est magique, c’est qu’en sortant du jeu de pouvoir collectif, vous ne vous sentirez plus obligé de faire quelque chose, ni même le vaccin !

Sortir du jeu de pouvoir collectif par l’accueil des émotions

Peu importe les raisons et si vous avez été vacciné ou non : demandez-vous aujourd’hui « comment je me sens » ? Accueillez pleinement les sensations en vous.

Ensuite, demandez-vous « qu’est-ce qui est important pour moi maintenant » ?

En accueillant vos sensations, vous sentirez à un moment donné une ouverture, même s’il reste quelques fois de la culpabilité. L’ouverture amène la créativité et de nouvelles possibilités !

Vous pouvez choisir de vivre comme vous le voulez ! Ce sont les possibilités que vous aurez trouvées pour vous qui seront les meilleures pour vous-même ! Personne d’autre que vous n’est mieux placé pour vous conseiller ou vous dire quoi faire. 

Encore une fois, cela demande de sortir du jeu de pouvoir collectif !

Un long chemin vers Soi qui ne se fait pas du jour au lendemain. Et puis, on y prend du plaisir et on sourit. On peut être apaisé en faisant n’importe quel choix car nous faisons le deuil du besoin non satisfait et nous ouvrons aux possibles. 

J’espère que cet article vous apportera apaisement, dites-moi si c’est le cas en commentaire ! 😊

Photos : Pixabay & Cottonbro

Commentaires

  1. Aude

    Un article tout doux qui fait du bien. J’avais déjà lu sur les jeux de pouvoir entre personnes (et comment il est possible de passer de l’un à l’autre très vite). C’est très interessant, je trouve de voir comment cela s’articule. Et c’est vrai que ne pas être dans un tel cercle est plutôt reposant (de toute manière, être pleinement soi apporte beaucoup de joie et de sérénité). On a toujours une multitude de choix, même si parfois on a l’impression que c’est un choix binaire.

    1. Valériane Theys

      Oui, merci Aude, comme tu dis être soi apporte de la sérénité ! C’est ce que nous explorons toute notre vie…

  2. Estelle

    Un superbe article comme toujours 🙂
    « La confiance est reliée à la foi » je te rejoins à 100% sur cette notion, il est tellement important d’avoir foi en soi et en la vie.
    J’aime aussi beaucoup le passage où tu repositionnes tes conseils dans un contexte d’actualité 🙂

    1. Valériane Theys

      Merci beaucoup Estelle cela me fait très plaisir !

  3. Klayros

    Je n’avais jamais entendu parler de ces termes, c’est très intéressant. Tout comme pour sortir d’une relation toxique, c’est effectivement important de comprendre le mécanisme pour pouvoir s’en détacher.

    1. Valériane Theys

      Avec plaisir ! Je suis contente que cela puisse apporter de nouvelles visions 🙂

  4. Genka Shapkarova

    Lorsque nous aimons chaque partie de nous-mêmes, alors nous nous acceptons tels que nous sommes et le moment de soulagement arrive. À un tel moment, nous arrêtons de penser à l’opinion des autres, car nous savons déjà qui nous sommes et aussi que c’est nous qui choisissons d’être. Merci pour cet article.

  5. Alice

    Bonjour,
    merci pour cet article clair qui devrait pouvoir éclairer plus d’un, du moment qu’ils cherchent la lumière ;)!
    Merci

  6. Bastienne

    Super de citer cet exemple de société qui me parle bien 🙂 Sortir de l’obligation et faire un choix à partir de qui l’on est à l’instant T et ce qui résonne juste pour nous au delà de la peur et de l’obligation…!

    1. Valériane Theys

      Oui tout à fait! C’est bien résumé en une phrase 🙂

  7. Pingback: 1er écueil de la CNV : croire qu'avoir une opinion, c’est être jugeant - Parents Enfants Connectés

  8. yannick

    Merci pour ton article! Pas facile tous les jours de sortir de ce schéma… Effectivement, c’est une question de choix et de conséquence comme tu le dis. 🙂

    1. Valériane Theys

      Comme quoi cette histoire de conscience revient non stop 😃 à approfondir !

Ajouter un commentaire